extraits
 
 

Nous sentons bien

Que personne n’est fait

Pour en rester là



Aussi gardons

Bien nos failles


Intactes



Qui sait

Ce qui


Pourrait

En jaillir ?





-----------------





L’égaré crie


Car ses ombres

L’effraient


-


Les mains jointes

Et le ventre en prière


Il se désunit et se

Défait de ses amarres


-


Il engage ses yeux

À combattre


-


Il voit

Les entrées


Des passages

Ou des gués


Dans chacun

Des arbres


Qu’il croise

Et qu’il aborde


-


Dans chacun.





-----------------





L’homme a toujours

Le temps


D’accomplir un miracle


-


Même

À la rue


-


Et même

Deux


S’il le faut


-


Faut-il

Encore


Qu’il

Commande


Et redise les mots


-


Qu’il engage un geste –

Quelque chose


Et mobilise

Une envie et

Toutes ses passions


-


Et qu’il ose

Et qu’il bouge.





-----------------





Suppose qu’un ange

Décide

Et vienne


T’habiter 


Et qu’il te

Demande


De changer

De place


Avec la sienne


Saurais-tu

Le

Lui


Refuser


Et me serrer

Dans tes bras ?





-----------------





La mort n’est jamais

L’issue –


En rien


-


Elle nous invite

À ne pas céder


À l’impatience


À tenir

Quand tout est bu


-


Et nous donne aussi le temps

Et la force de tracer un trait –
Un seul


Une ligne


-


La seule

À pouvoir


À tirer –


À bout portant


-


Celle

Qui sera


Notre vie.





-----------------





Mes mains ancrées

À ton dos

À tes reins –


En toi



Se divisent aussi et sur

Et entre tes fesses


Sur tes

Seins



Et se joignent et

Rejoignent –


Ô douce

Et belle oraison


-


Jusqu’à cette tension

Dans tes yeux


Dans mes yeux


-


Qui nous rappelle

Que ta chair


Est là


Qui

S’ouvre


D’abord

Sur le ciel


Avec toutes ses odeurs

Et leurs fouillis.





-----------------    pour Louis Darbouret





Pour un seul caillou

Qui divague


Un fleuve entier

Parfois se détourne.





-----------------





Si la vie demande

À te quitter


Ne la retiens pas

Et reste


-


Surtout

Reste



-


Ne force rien


Tu n’as

Probablement


Plus

Besoin


D’elle


Pour exister


-


Une autre

Étoile


Peut-être

Attend


Déjà



Qui pourrait

T’accompagner.





-----------------





Dans ton corps

Tant de courbes


Se croisent




Il y a

Tant de silences


À déplacer




Que nous finirons

En miettes.



 
Devenir chemin
Illustration
en frontispice
de Josef Ciesla
l’Arbre à paroles, 2020
http://www.josef-ciesla.comhttps://www.maisondelapoesie.com/catalogue/devenir-chemin/https://www.maisondelapoesie.com/catalogue/devenir-chemin/shapeimage_3_link_0shapeimage_3_link_1shapeimage_3_link_2


Revenir en haut de la pageshapeimage_7_link_0
« Tout ce que la belle m’a versé dans la coupe, je l’ai bu sans me demander si je buvais du vin d’ivrogne ou du vin de paradis. »     Hafez
Josef Cieslahttp://www.josef-ciesla.comshapeimage_9_link_0

Josef Ciesla est né en 1929. D’origine polonaise, il arrive en France à l’âge de 4 ans. Il se forme à l’école supérieure de tissage de Lyon puis aux beaux arts. Son oeuvre est présente dans de nombreux musées et collections particulières en Europe et aux USA. En 2006, Il réalise, à la demande de l’Université de Lyon III, une oeuvre monumentale en l’honneur de Jean Moulin.        

Devenir Chemin
Celui qui ne se perd pas, 
ne découvrira jamais de nouveaux chemins.

Joan Littlewood

Josef Ciesla

Josef Ciesla

De la source à la lumière 


Université de Lyon
entretien 2013

Josef Ciesla

Tout pemier écho dans la presse :
 
Ouest France 20 déc. 2020

Devenir_chemin_files/Monteynard%20OF%2019-12-2020.jpgDevenir_chemin_files/Monteynard%20OF%2019-12-2020.jpgshapeimage_13_link_0shapeimage_13_link_1
Outre le tirage courant, un « tirage de tête » de 30 exemplaires a été constitué. Imprimés sur un papier Conqueror Vergé 90 g, ils furent accompagnés d'une estampe numérotée et signée par Josef Ciesla. Par ailleurs, un « exemplaire unique », accompagné de l’oeuvre originale de Josef Ciesla (115x100 mm), fusain & pierre noire, a été vendu au profit d’ATD Quart-Monde.
Devenir_chemin_files/ATD-QM%20site%20copie.jpgshapeimage_14_link_0